Ce site web utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience web possible.

En cliquant sur « Accepter » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies, merci de prendre connaissance de la politique relative aux cookies  ou cliquer sur « En savoir plus ».

Menu

Sur base des dernières mesures disponibles, des chercheurs américains et ont estimé que l’océan côtier, qui aurait pu émettre jusqu’à 150 millions de tonnes de carbone par an il y a un siècle, en absorbe maintenant environ 250 millions de tonnes. Avant la période industrielle, la décomposition des plantes dans les eaux côtières et les sédiments marins conduisait probablement à un dégazage net de CO2. Les résultats suggèrent que la croissance des plantes microscopiques, stimulée par un apport massif de fertilisants d’origine agricole depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, favorise maintenant l’ « uptake » de CO2 atmosphérique.

Nature - Anthropogenic perturbation of the carbon fluxes from land to ocean.
Pierre Regnier, PhD
Océanologie, ULB
www.nature.com

Haut de page